Le président Fred Hampton, Jr., les Black Panther Pantha Cubs, leur révolution pour l’autodétermination pour « servir le peuple » et combattre le programme en cours du gouvernement américain de génocide domestique, sur China Rising Radio Sinoland 200527 (TRANSCRIPTION INCLUSE) *** Un manifeste visionnaire de résistance et d’espoir.

NOW IN 22 DIFFERENT LANGUAGES. CLICK ON THE LOWER LEFT HAND CORNER “TRANSLATE” TAB TO FIND YOURS!

By Jeff J. Brown

Sur la photo ci-dessus : le président Fred Hampton, Jr., avec le visionnaire Prisoners of Conscious Committee (POCC) et Black Panther Pantha Cubs.

 

Become a regular China Rising Radio Sinoland patron and get FREE BOOKS!

Support all my hard work, videos, podcasts and interviews on CRRS via PayPal!

Support my many hours of research and articles on CRRS via FundRazr!

Become a China Tech News Flash! patron and see your future now!

It all goes towards the same win-win goals: unique research, reporting and truth telling in support of the global 99%, for a more just and mutually beneficial 21st century.

In Solidarity, Jeff


 

Do your friends, family and colleagues a favor to make sure they are Sino-smart: 
Journalism: https://chinarising.puntopress.com/blog-2/
Books: http://chinarising.puntopress.com/2017/05/19/the-china-trilogy/ and
https://chinarising.puntopress.com/2018/06/18/praise-for-the-china-trilogy-the-votes-are-in-it-r-o-c-k-s-what-are-you-waiting-for/
Website: https://www.chinarising.puntopress.com
Twitter: https://twitter.com/44_Days
Facebook: https://www.facebook.com/44DaysPublishing
LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/jeff-j-brown-0517477/
WeChat/WhatsApp: +8613823544196
VK: https://vk.com/chinarisingradiosinoland
About me: https://chinarising.puntopress.com/about-the-author/

Sixteen years on the streets, living and working with the people of China, Jeff

 

Ceci est le premier article en français publié sur China Rising Radio Sinoland, alors partagez-le largement. Vous pouvez également le partager avec ce fichier PDF,

Président Fred Hampton, Jr., les Black Panther Pantha Cubs, révolution, autodétermination, servir le peuple et combattre le programme en cours du gouvernement américain de génocide

 

Le président Fred Hampton, Jr., les Black Panther Pantha Cubs, leur révolution pour l’autodétermination pour « servir le peuple » et combattre le programme en cours du gouvernement américain de génocide domestique, sur China Rising Radio Sinoland 200527 (TRANSCRIPTION INCLUSE)

***

Un manifeste visionnaire de résistance et d’espoir.

 

Article original avec vidéo, audio et transcription :

https://chinarising.puntopress.com/2020/05/27/chairman-fred-hampton-jr-the-black-panther-pantha-cubs-their-revolution-for-self-determination-to-serve-the-people-and-fight-the-us-governments-ongoing-program-of-domestic-genocide-on-china/

Réflexions avant de commencer :

Veuillez noter que les coordonnées du président Fred se trouvent à la fin de l’entretien. Aussi, j’espère que vous suivrez mon costume et ferez un don pour sauver la maison d’enfance de Fred Hampton Sr., dans le but de le transformer en musée : https://www.gofundme.com/f/SaveTheHamptonHouse50/ . J’ai ajouté de nombreux hyperliens tout au long de l’interview, pour vos recherches et études ultérieures. À la fin, il y a aussi une liste de mots clés de mon interview « Tupac » avec John Potash, pour plus de références à rechercher.

Peu d’entretiens au fil des ans m’ont touché comme celui-ci, avec le président Fred Hampton, Jr.… William Blake a écrit sur les portes de la perception. Déjà humblement plus loin dans mon arc de conscience anti-impériale (https://chinarising.puntopress.com/china-rising-the-book/) que la plupart des Occidentaux, faisant des recherches sur les Black Panthers, faisant connaissance avec le président Fred et discutant avec sa mère, Akua Njeri, a tout simplement fait exploser ma compréhension des États-Unis de ses charnières métaphoriques et dans l’espace.

Tout d’abord, je suis émerveillé par l’inspiration et la motivation des Black Panthers par les géants du communisme-socialisme, notamment Mao Zedong, Ho Chi Minh, Che Guevara et bien d’autres. Ils croient avec ferveur aux fondements socialistes des Black Panthers en tant que parti d’avant-garde, parti du peuple, parti révolutionnaire, tout pouvoir au peuple, servent le peuple, la solidarité entre tous les peuples et les nobles objectifs de l’autodétermination, véritable liberté et justice sociale pour toute l’humanité. Ce n’est pas une rhétorique vide de sens. Ils se battaient et mouraient pour leur liberté. Ils se rendent compte que l’oppression violente et le terrorisme capitaliste en Afrique, en Asie et en Amérique latine sont indissociablement liés au génocide du gouvernement perpétré contre les Noirs, les Rouges, les Bruns, les Jaunes et les pauvres à travers les États-Unis. Cela vaut également pour d’autres groupes anti-impérialistes, tels que l’American Indian Movement (AIM – http://www.aimovement.org/) et Movimiento Estudiantil Chicana/o de Aztlan (MEChA – https://nationalmecha.blogspot.com/ ).

La prochaine chose qui me frappe, c’est à quel point tous ces combattants de la liberté sont intelligents et articulés. Écouter / regarder des images des héros et des héroïnes célèbres des Black Panthers, le président Fred, Jr., son père, les camarades Akua Njeri, Tupac Shakur, Mumia Abu-Jamal, Assata Shakur, Malcolm X et tant de dizaines d’autres donnent une chair de poule épouvantable à quiconque avec un conscient et un cœur. La seule réponse que le gouvernement américain a eue et continue d’avoir contre ces tours d’inspiration et de justice futures et futures est d’essayer de les anéantir. Mais, comme l’a dit à maintes reprises le président Fred, père, « vous pouvez tuer le révolutionnaire, mais vous ne pouvez pas tuer la révolution ».

À travers tout cela, je reviens toujours à une triste réalité. Des millions d’Américains blancs de la classe moyenne ont protesté dans les années 1960-1970 contre la guerre du Vietnam, contre le massacre des peuples asiatiques, contre le génocide et l’extermination en tant qu’instrument de la politique capitaliste mondiale officielle. En fait, les manifestations et les émeutes de la Convention nationale démocrate (Parti) de 1968 ont eu lieu dans la ville natale du président Fred, à Chicago, lorsque des dizaines de milliers de manifestants anti-guerre et de policiers ont mené des batailles dans ses rues.

Ces manifestants sincères, pour la plupart blancs, de la classe moyenne et de la classe supérieure tentaient d’arrêter la guerre en Asie du Sud-Est. Cependant, aveuglés par des siècles de racisme intériorisé et un sens inculqué de supériorité intellectuelle et culturelle, ils ont complètement ignoré (et continuent de faire) la guerre tout aussi violente qui se déroule dans le sud de Chicago, dans ce que les citoyens noirs appellent aujourd’hui Chiraq, ce qui signifie que, tout comme l’Irak, le sud de Chicago est un pays et un peuple envahis, occupés et pillés.

Un génocide gouvernemental affreux et implacable, le vol de terres et de ressources, le nettoyage culturel, les tribunaux de kangourou et les camps de concentration ont été et sont utilisés contre non seulement les masses opprimées du sud de Chicago, mais tous les peuples noirs, rouges, bruns, jaunes et pauvres des États-Unis, qui sont embourbés dans la pauvreté urbaine générationnelle et les villes rurales du tiers monde. Le coup de grâce, ce sont les empires mondiaux de l’héroïne et de la cocaïne de la CIA qui canalisent intentionnellement leurs produits chimiques mortels dans ces populations ciblées, pour les affaiblir, les suborner et les tuer, tout en garantissant un vortex de criminalité commune, de violence armée, d’incarcération politique de masse et de beaucoup d’argent pour être blanchi par la liste A des oligarques des banques et des entreprises locales.

Les 1% des États-Unis, les oligarques, qui remontent aux mouvements populistes, socialistes, communistes et ouvriers des Prairies du 19e siècle passent à la vitesse supérieure, chaque fois que les Blancs opprimés commencent à combiner les forces révolutionnaires avec leurs camarades de couleur. Ils savent comment exploiter le sentiment inné de supériorité raciale des Américains blancs, en leur offrant quelques morceaux de table supplémentaires et / ou un statut social légèrement supérieur, pour les séparer. Et quand des gens de couleur, comme les Noirs, les Rouges et les Marrons, se joignent à des mains révolutionnaires, comme ils l’ont fait dans les années 1960, les oligarques ne plaisantent pas. Que l’anéantissement et l’extermination commencent, et comme cette interview le démontre de manière si poignante, elle a commencé avec les premiers colons impériaux débarquant à Jamestown en 1607, exploitant l’esclavage et le génocide des autochtones, comme elle se poursuit à travers le pays au quotidien.

Maintenant, les Américains blancs ignorant la détresse de leurs frères et sœurs noirs, rouges, bruns, jaunes pendant tous ces siècles les ont rattrapés. Le génocide du gouvernement progresse maintenant sur l’échelle socio-économique dans les quartiers des classes moyennes et inférieures. Leur viol et leur pillage, d’un billion de dollars, lors du krach de 2008, planifié par l’oligarchie, a été la première expropriation de leur arc collectif. Maintenant, avec le démarrage (probablement prévu) du coronavirus de l’hystérie sur la gorge (https://chinarising.puntopress.com/2020/03/07/its-all-here-the-china-rising-radio-sinoland-covid- 19-Chemical-and-bioweapon-file-film-and-tape-library /), et sans fin en vue, une grande partie de la classe moyenne américaine rejoindra les rangs de leurs frères de couleur, dans une spirale descendante organisée par le gouvernement, la sodomisation socio-économique et le fascisme de l’État policier.

Les États-Unis seraient probablement un bien meilleur pays, plus socialement juste, si le mouvement anti-guerre privilégié combattait le génocide national et non international. Les citoyens blancs continueront-ils de craindre les tactiques racistes des oligarques de diviser pour mieux régner ? Ironiquement, au cours de tous les bouleversements des années 1960 et 1970, les personnes de couleur offraient leur coopération et leur soutien, pour une cause commune avec le mouvement anti-guerre blanc majoritaire, mais étaient largement marginalisées et non reconnues comme étant des alliés indignes du bon combat. Nous sommes en 2020 et les guerres américaines contre tant de citoyens opprimés sont toujours complètement hors de leur radar.

Les minorités américaines sont dans des tranchées de résistance anticoloniale et anticapitaliste depuis quatre cents ans et sont bien mieux expérimentées pour survivre à une dépression économique induite. L’histoire montre que la majorité blanche finit toujours par se hisser sur son propre pétard raciste. Peut-être, juste peut-être cette fois-ci, des conditions de plus en plus désespérées vont ruiner leurs meilleurs anges. La leur, la survie de chacun peut en dépendre.

Enfin, je me sens mal à propos de la faible qualité de notre enregistrement d’entrevue audio. Nous avions une connexion horrible, étant à l’autre bout du monde les uns des autres. J’ai appris une dure leçon que Skype-to-mobile ne le coupe pas, lors de l’enregistrement d’une conversation. Ainsi, j’ai passé de nombreuses heures minutieuses à écouter et à réécouter notre discussion fascinante, mots et phrases individuels à la fois, pour la rendre fidèlement ci-dessous. C’était un travail d’amour révolutionnaire, pour lequel le comité des prisonniers de conscience, Black Panther Pantha Cubs, et l’héritage fier et provocant de leurs nombreux héros et héroïnes déchus courageux, emprisonnés politiquement, ne méritent rien de moins. C’est vraiment un manifeste visionnaire de résistance et d’espoir pour les peuples de toutes races, croyances, classes socio-économiques et nationalités.

Préparez-vous à la leçon d’histoire américaine de votre vie…

 

Transcription de l’entrevue :

Jeff J. Brown : Bonsoir, tout le monde, voici Jeff J. Brown, China Rising Radio Sinoland à Chiang Mai en Thaïlande. Et, mecs, avons-nous un invité spécial en ondes ce soir.

Je vais aller vers le nord à travers la Chine, à travers la grande mère Russie, à travers l’Arctique, à travers le pôle Nord, jusqu’au Canada. Et je vais aller à Chicago, la Windy City.

Et au sud de Chicago, il y a des souljahs révolutionnaires qui luttent pour la solidarité et la liberté, pour leur autodétermination et pour servir le peuple. Et le moteur de ce mouvement est le président Fred Hampton Junior. Comment allez-vous, président Fred ?

Le président Fred Hampton, Jr. : Bien, bien, nous nous occupons de toutes nos affaires, gardons la tête haute, luttons toujours. Gardez un œil sur nos héros.

Jeff: Hé, écoutez, je suis très honoré d’avoir le président Fred à l’émission ce soir.

Je tiens à remercier John Potash, que j’ai interviewé ici à propos de ses deux livres, et c’est lui qui nous a mis le président Fred et moi en contact (https://chinarising.puntopress.com/2019/12/16/john-potash-talks-about-his-explosive-book-the-fbi-war-on-tupac-shakur-and-black-leaders-u-s-intelligences-murderous-targeting-of-tupac-mlk-malcolm-panthers-hendrix-marley/ and https://chinarising.puntopress.com/2020/02/28/john-potash-talks-about-his-explosive-book-drugs-as-a-weapon-against-us-cia-murderous-war-on-musicians-and-activists/).

Permettez-moi de vous donner une puce bio sur le président Fred,

Le président Fred Hampton, Jr., le fils du vice-président assassiné de Black Panther Fred Hampton, Sr., et la camarade mère Akua Njeri, est le fondateur du comité des prisonniers de conscience (POCC). Le président Fred Junior est un organisateur communautaire actif et est actuellement président et président du POCC, qui comprend également les Black Panther Pantha Cubs (BPPC). Si heureux de vous avoir dans l’émission, le président Fred.

Fred : Je suis honoré d’être avec vous dans la série. C’est une chance de vous lever et d’apprécier vous et John Potash pour avoir fait le lien, ainsi que pour la mission et les gens en général.

Jeff : Hé, écoute, je sais que vous avez raconté ton histoire et celle de ta mère et de ton père à maintes reprises, mais cela mérite d’être répété. Et pour probablement la grande majorité des fans de China Rising Radio Sinoland, ils n’ont probablement pas de très bonnes informations ou des informations précises sur vous, votre père et votre mère.

Alors, pourriez-vous simplement vous présenter et nous parler de votre vie et de celle de vos parents ?

Fred : Oui, en effet. Eh bien, il y a beaucoup, beaucoup d’aspects. Du point de vue de l’État et du système, je suis un délinquant en trois temps : 1) qui est tout simplement un Africain, 2) étant le fils du président Fred Hampton et d’Akua Njeri (auparavant connu sous le nom de Deborah Johnson) et 3) continuant d’être un combattant pour la libération de notre peuple. Ceux qui connaissent Fred père, savent qu’il était président de l’État de l’Illinois pour le Black Panther Party.

En fait, le Black Panther Party est une organisation révolutionnaire qui a commencé le 16 octobre 1966 à Oakland, en Californie, par le ministre Huey P. Newton (https://hueypnewtonfoundation.org/) et le président Bobby Seale (http://www.bobbyseale.com/). Ils avaient des chapitres au niveau international. Il était responsable d’un certain nombre de programmes de survie différents tels que les programmes scolaires et alimentaires, qui en fait à Chicago nourrissaient au moins 3 500 enfants par semaine. Il existe également des centres médicaux gratuits, des programmes de bus gratuits pour les prisons. Mais, ce ne sont pas des programmes mis en œuvre dans l’intérêt de la charité, mais pour des progrès pour que tout le monde regarde et s’implique pour lutter pour ce type d’autodétermination. Reconnaissant que les gens soient leurs propres libérateurs. Ce que cela dit, même le système, selon le propre compte du gouvernement, lorsque le Black Panther Party existait, il a été reconnu qu’il y avait un niveau record, ce que l’on a appelé dans la sphère médiatique, le crime noir sur noir.

Ainsi, alors que les gens penseraient que la réponse logique serait que tout cela soit applaudi et reconnu, mais ils ont été ciblés, en particulier par le tristement célèbre programme COINTEL, connu sous le nom de programme de contre-espionnage, qui, comme vous le savez, est articulé par le l’ancien directeur du FBI, J. Edgar Hoover, et son directeur des programmes de renseignement domestique, William Sullivan. Un programme créé pour discréditer, nier, perturber les mouvements nationalistes noirs, en particulier parmi les jeunes, dont plus de 90% étaient dirigés vers le Black Panther Party. Elle consistait, sans s’y limiter, à forcer des individus à quitter le pays pour demander l’asile politique, ce qui est toujours le cas aujourd’hui pour des gens comme Assata Shakur (http://www.assatashakur.org/). Il consistait à inculper des individus à des accusations de contrefaçon, à garder des personnes dans diverses prisons américaines, y compris aujourd’hui sans dire combien d’autres personnes avaient été capturées dans les prisons.

Vous avez des cas tels que Jalil Muntaqim (https://freejalil.com/), H. Rap ​​Brown (http://imamjamilactionnetwork.weebly.com/), Mumia Abu-Jamal (https://www.freemumia.com/), Sundiata Acoli (http://www.sundiataacoli.org/), la liste s’allonge indéfiniment (https://operamundi.uol.com.br/politica-e-economia/40718/a-list-of-54-political-prisoners-in-the-united-states). Il s’agissait également d’assassinats directs.

Toutes ces activités se sont déroulées à l’étranger, à l’extérieur du pays et ici même aux États-Unis. Donc, c’est similaire à la guerre. Puis le 4 décembre 1969, ainsi que le 6 avril 1968, lorsque Robert « Bobby » Hutton, chef et trésorier de l’American Black Panther, a été abattu par la police d’Oakland à 17 ans, en Californie (https://www.blackpast.org/african-american-history/hutton-bobby-1950-1968/) et tant d’autres. C’est donc le 4 décembre 1969 que Fred Hampton, 21 ans, et Mark Clark, 23 ans, ont été assassinés du côté ouest de Chicago (https://www.blackpast.org/african-american-history/hampton-fred-1948-1969/).

Ma future maman était également présente lorsque son mari et camarade a été assassiné. En fait, elle a couvert son corps lorsque la police de Chicago a tiré plus de 99 balles à l’intérieur de la maison, alors qu’elle sentait les obus passer à travers le matelas. Elle était enceinte de 8,5 mois à l’époque, le service de police de Chicago l’a sortie de la chambre, ils lui ont coincé un revolver dans le ventre, disant qu’elle ferait mieux de ne pas courir. Il y avait d’autres survivants (abattus) et ils les ont pris et placés en prison (https://blockclubchicago.org/2019/12/04/50-years-ago-fred-hampton-was-murdered-by-police-each-year-his-loved-ones-gather-to-tell-his-story-this-legacy-is-under-attack/).

Donc, j’étais en prison avant d’arriver ici !

Jeff : Incroyable, incroyable !

Fred : Donc, c’est le système judiciaire, oui en effet et je suis né le 29 décembre 1969. Cela aurait été bien si nous pouvions y mettre fin, disons avoir un procès réussi. Cependant, le même système qui, historiquement, a lancé ces attaques, s’y engage toujours avec l’emprisonnement du peuple, des Noirs et d’autres camarades dans nos communautés.

Je suis actuellement, en avance rapide, chargé de, je préside une organisation appelée Black Panther Party Cubs, qui dit que nous avons l’intention de marcher sur les traces des pieds du Black Panther Party. Et nous avons un certain nombre de leurs programmes de survie, comme les Triple C, Choose-Community-Cubs. Et nous ne sommes pas pris dans une distorsion temporelle. Mais ce n’est pas seulement une sorte d’idéalisme que nous, vous savez, c’est comme ce qu’a dit le président Fred, nous devons lutter pour gagner. Nous sommes confrontés aux mêmes conditions, je veux dire, dans la même contre-insurrection vicieuse, le noyau reste le même. En fait, dans de nombreux cas, elle est plus intense, elle s’est intensifiée. Donc, c’est actuellement ce sur quoi je travaille et je suis honoré de m’engager et de continuer à servir les gens.

Jeff : Eh bien, vous savez quoi, président Fred ? J’ai lu les livres de John Potash et je suis indigné et plein de colère absolue à cause de ce que je lis. J’ai lu son livre sur la façon dont Tupac a été assassiné par l’État. Et ainsi, tant d’autres, et les montages. J’ai demandé à John Potash dans cette interview, j’ai dit : « Je lisais votre livre et j’ai fait beaucoup de recherches sur le génocide et c’est le génocide ». Je veux dire, il s’agit d’un génocide institutionnalisé aux États-Unis contre des personnes de couleur. N’êtes-vous pas d’accord que c’est exactement ce que c’est ?

Fred : Aucun doute là-dessus. Aucun doute là-dessus. En fait, Malcolm X (https://www.malcolmx.com/), Malcolm X, qui était ministre du Black Panther Party, a déclaré – nous nous identifions comme les fils et filles idéologiques de Malcolm X – a déclaré Le modèle américain, qui dit que la démocratie américaine est une hypocrisie, c’est une farce et une façade. L’un des avantages pour les États-Unis en particulier est cette façade de liberté qui lui permet d’exister, qui lui permet de défier des endroits, comme ça pourrait être la Thaïlande, ou en Iran ou en Corée, pour aller à l’étranger et il demande, vous savez, ont-ils des prisonniers politiques ? En fait, (ils parlent) de violations des droits de l’homme en Irak et ailleurs – et pourtant ici aux confins des États-Unis, vous savez, nous avons des assassinats, nous avons un emprisonnement politique. Et l’inconvénient pour les victimes de ces attaques est qu’il ne s’agit pas d’une guerre reconnue.

Jeff : Ouais. Eh bien, vous avez été encadré et envoyé pendant 18 ans et vous avez eu du mal pendant 18 ans. Droite ?

Fred : On m’a donné une accusation falsifiée à (19 ans), préparée pour quelques accusations, en réponse au moment où Rodney King (https://rodneyking.org/) a été battu par le LAPD et le verdict dans la vallée de ??? est descendue, il y a eu des soulèvements dans tout le pays et dans le monde. Et ce fut l’une des fois où j’ai été accusé, étant donné des accusations de contrefaçon et dans ce cas, il est resté. Et on m’a donné les 18 ans depuis cette époque et c’était la loi de l’État de l’Illinois et j’ai purgé la moitié de cela, neuf ans. J’étais dans un camp de concentration et j’ai survécu, et c’est grâce au soutien des gens que j’ai pu sortir vivant.

Jeff : Incroyable. Vous savez, et j’aime le fait que je n’avais jamais entendu ça auparavant. Mais j’ai écouté certaines de vos autres interviews, et c’est vraiment vrai. Je veux dire, les prisons américaines sont absolument, vraiment des camps de concentration. Et vous savez, s’ils veulent que vous sortiez de la rue, ils vous tuent, vous encadrent et vous enferment, ou vous ligotent dans des poursuites jusqu’à ce que vous deveniez fauché et que vous ne puissiez pas vous nourrir. Et ce qui est si choquant pour moi, vous savez, comme écouter votre histoire et celle de tout le monde, c’est que c’est tout le monde : le procureur, les flics locaux, le FBI, la CIA, les juges, les gardiens de prison, l’AFT-Alcool-armes-et-tabac, il y a la DEA (Administration de la répression des drogues). C’est juste institutionnalisé, vous savez, de haut en bas. C’est juste choquant.

Et c’est difficile pour des gens comme moi qui ont mené une vie de privilège blanc grandissant aux États-Unis. Je veux dire, cela dure depuis très, très longtemps. Et j’admire vraiment votre courage et le courage de votre mère pour continuer à le combattre dans des conditions aussi horribles.

Fred : Eh bien, vous savez, je vous remercie, de cette opportunité pour vous d’utiliser tous les appareils dont vous disposez pour faire connaître ce que nous faisons – pour réitérer votre point de vue – sur les machines, la machine elle-même. Je veux dire que c’est une chose de dire que, OK, il y a un responsable de l’application des lois en particulier, une agence en particulier, vous savez, qui vous l’a proposé, mais c’est la machine, que l’on appelle à Chicago la fameuse Machine et les machines de cela, je veux dire, la dynamique différente de celui-ci. Vous avez nommé ce que beaucoup de gens appellent l’alphabet, la soupe à l’alphabet des forces de l’ordre.

Eh bien, en plus de cela, je veux dire, toute la propagande, Hollywood, les films, la télévision, le système scolaire n’est pas une coïncidence si, je veux dire, vous êtes en Thaïlande, mais il y a des gens en ce moment dans le confins des États-Unis qui ne savent pas. Et ce n’est pas dû à un manque d’organisations ou d’individus qui diffusent ces informations. C’est parce qu’il y a un facteur de peur qui non seulement les répercussions sur les personnes qui luttent, mais aussi sur ceux qui le reconnaissent même, les emprisonnements, comment ils attaquent, comment ils s’engagent dans le processus de rupture, comme au point de l’esclavage des biens mobiliers.

Vous savez, ils aiment parler des atrocités internationales. Mais ici, par exemple, il est difficile de l’exprimer avec des mots, vous auriez un cas où, par exemple, un esclave, une femme enceinte qui fuit une plantation. Elle ne serait pas seulement capturée, non, elle serait ramenée devant la population locale, son estomac ouvert et son fœtus piétiné à mort. C’est le processus de rupture.

Et nous le voyons dans la façon dont le président Fred a été assassiné. Vous savez, son corps a été emmené à l’extérieur de la maison par la police de Chicago et ils scandaient « LE PRÉSIDENT FRED EST MORT » ! Et cela a été conçu pour être un message de terreur, pour terroriser les masses, horrifier les masses. Dans la région où vivait le président Fred, dans les heures qui ont suivi son assassinat, des jeunes hommes en particulier ont été emmenés à l’extérieur de leur domicile et on leur a dit qu’il n’y aurait jamais d’autre Fred Hampton.

Jeff : Sans blague. Incroyable.

Eh bien, vous savez, j’ai lu le livre de Roxanne Dunbar Ortiz, A Native American History of the United States (https://www.reddirtsite.com/). Et elle a dit que dès le premier jour où les colons ont débarqué à Jamestown en 1607, ils ont commencé à massacrer des Indiens et ils avaient des esclaves et cela n’a pas cessé. Je veux dire, ils viennent d’exterminer et d’essayer littéralement d’éliminer quiconque se lève contre l’esclavage, vous savez, contre l’injustice.

Vous savez, c’est ce qui est si choquant, comme vous l’avez dit, tout ce que les Black Panthers ont fait, c’est créer des garderies, des cliniques gratuites, des programmes alimentaires pour les enfants. Vous savez, des choses que n’importe quel pays civilisé s’attendrait à faire. Et pourtant, à cause de cela, il y a eu une campagne organisée d’extermination contre les Black Panthers, les musiciens, les artistes de rap et de hip-hop.

C’est juste du fascisme. Je veux dire, je suis désolé de dire, je pense que c’est ce que c’est, le président Fred (qui rit). Je pense que l’Amérique a toujours été un État policier fasciste pour les Noirs et les Marrons et les Rouges et les Jaunes et les pauvres. Vous savez, ça a toujours été comme ça. Mais ce fascisme commence à montrer son visage laid maintenant dans la classe moyenne, vous savez, des quartiers plus agréables et de plus en plus de gens, vous savez, nous commençons tous à avoir… De plus en plus d’entre nous commencent à avoir un avant-goût de ça, vous savez ? Et ils ne sont pas seulement dans les villes, mais à la campagne.

Des commentaires ?

Fred : Oui, en effet. Avant ce climat actuel, le climat du coronavirus. Vous savez, l’administration actuelle, l’administration Trump, reconnaissant de manière plus flagrante ce qui a toujours été la politique américaine. En fait, je vais probablement le paraphraser, lorsque les centres de détention ont été évoqués dans les médias, le président Donald Trump a déclaré : « Ce n’est pas nouveau, ils existaient sous le mandat des administrations Clinton et Obama, et ainsi de suite. Encore une fois, ces choses n’ont rien de nouveau, mais sont maintenant exposées de façon flagrante. Et maintenant surtout dans ce climat de coronavirus, c’est vraiment du capitalisme sur les stéroïdes…

Jeff : Ouais, ouais, absolument… Le capitalisme oligarchique. Je veux dire, c’est tout simplement incroyable. C’est tout simplement choquant.

Fred : Ouais, ouais, ça l’est. Et, vous savez, c’est un atout et un passif dans de nombreux cas, les gens que vous connaissez s’adaptent si bien à différentes conditions, donc ils ne reconnaissent même pas les contradictions – par exemple Assata Shakur a dit quelque chose comme ça, nous devons sachez que nous sommes opprimés et que nous devons en être conscients, ne pas devenir démoralisés ou vaincus. Mais, il est important de reconnaître qu’il s’agit de contradictions. Vous savez ce que je dis, ce que je veux dire ? Des gens s’habituent à être arrêtés par la police pour des fouilles à nu flagrantes.

Cook County Jail à Chicago, qui est la plus grande prison de comté du pays (https://www.prisonlegalnews.org/news/2006/nov/15/illinois-cook-county-jail-embroiled-in-shootings-scandals-and-escapes/). Vous savez, où les conditions de mort, où les femmes de 17 ans sont obligées de réutiliser les serviettes hygiéniques, et à Pontiac, Illinois, la prison là-bas, où les visiteurs vont et les prisonniers doivent porter des masques noirs sur le visage et une grille en caoutchouc sur l’embout buccal. Un cas où Sundiata Acoli, 80 ans, continue de se voir refuser la libération conditionnelle. Les conditions de Mumia Abu-Jamal, Leonard Peltier (https://www.whoisleonardpeltier.info/), et tant d’autres, vous savez, des cas endémiques de terrorisme policier. Il y a quelques nuits à Indianapolis, il y a eu le cas de Shawn Greene (https://www.wishtv.com/news/the-murder-of-shawn-greene-was-no-accident/), un jeune de 20-21 ans -ans, qui était en streaming en direct sur Facebook, quand il a été abattu par la police 15 fois et son téléphone les a filmés en train de parler de la façon dont « ça va être un coffret fermé » et en rire.

Ce n’est pas seulement la police, mais cela se répercute dans la communauté, où les sentiments sont exprimés par deux hommes (blancs) dans un camion qui traînent et abattent Ahmaud Arbery, 21 ans, à Brunswick, en Géorgie (https://www.thecut.com/2020/05/ahmaud-arbery-shooting-georgia-explainer.html). C’est donc le climat dans lequel nous vivons. Vous savez, beaucoup de gens ont commencé à résister et à continuer à le combattre. Comme l’a dit Marvin Gaye, « ce n’est pas vivre » (http://www.marvingaye.net/).

Jeff : Oui, et ils ne tuent pas seulement des gens. J’ai vu des images sur YouTube où la police écrase des gens. Ils les font courir dans leurs voitures d’escouade, vous savez, tout comme ce sont des chiens ou quelque chose. C’est tout simplement incroyable. Les tirer, les tirer dans le dos, vous savez, plusieurs fois. Je veux dire, c’est juste …

Et puis il y a eu l’autre jour. Je ne sais pas si vous l’avez vu. Je viens de voir ça il y a quelques jours à peine. Un jeune homme noir nommé Amahad ? Je suis désolé, je rate son nom, Aikens ou quelque chose comme ça à Jacksonville, en Floride. Et en plein jour, deux racistes blancs l’ont écrasé dans une camionnette et l’ont abattu en plein jour avec un fusil de chasse.

Fred : Non, c’était en fait Ahmaud Arbery en Géorgie.

Jeff : Je pensais que c’était à Jacksonville, en Floride.

Fred: Non, Glenn County, Géorgie.

Jeff : Oh, la Géorgie. D’accord. Et il faisait du jogging. Il faisait du jogging dans un quartier blanc et ils l’ont juste abattu en plein jour, – tout comme – qu’est-ce que c’est ? C’est comme si le lynchage ne s’arrêtait jamais.

Fred : Non, ce n’est pas le cas. Non, ce n’est pas le cas. Non, ce n’est pas le cas.

Jeff : Et puis je vous ai entendu dans une autre interview l’incroyable histoire d’Aaron Patterson (https://www.liberationnews.org/07-08-28-antipolice-brutality-activist-a-html/). Je veux dire, il y en a tellement. Cela ne finira jamais, c’est une campagne de génocide contre des gens conscients, vous savez, qui veulent juste que leur liberté, leur autodétermination, servent leur peuple, s’entraident et le capitalisme mondial n’aime pas ça !

Fred : Vous savez, il utilise, il fonctionne sous les auspices de la guerre contre la drogue, la guerre contre les gangs, la guerre contre les armes à feu, qu’avez-vous, vous savez. Mais encore une fois, toutes ces contradictions, vous savez, sont d’origine locale. Et en fait l’infâme, le 4 décembre 1969, l’assassinat de Fred Hampton et Mark Clark, nous avons l’infâme Joe «Machine Gun» Gorman (https://sfbayview.com/2010/07/trial-of-police-torturer-jon-burge/) qui plus tard faisait partie de l’équipe d’élite, ce qui est le cas d’Aaron Patterson et de certains autres, qui ont été torturés par le tristement célèbre ancien Jon Burge (https://theintercept.com/2018/09/25/jon-burge-chicago-police-torture/). Il pourrait être décrit comme un terroriste d’origine locale. Il a été formé à Fort Benning, en Géorgie (https://www.globalrights.info/2017/03/75903/). Ceci, avec toutes les attaques qu’il a mises en œuvre et engagées à l’étranger. Il électrocuterait ses victimes sur leurs parties intimes et leurs organes sexuels, sur Jackie Wilson (https://www.injusticewatch.org/news/2019/appeals-court-affirms-new-trial-for-burge-torture-survivor/) comme tant d’autres. Burge travaillait juste du côté sud-est de Chicago.

Et puis, de concert avec ces attaques, être constamment attaqué… Je veux dire, la campagne de propagande pour mettre en avant, vous savez, en disant que vous savez que tout va bien. Pour citer des guillemets, publiez des rapports de supposées réussites (noires). Cette image, qui en particulier fait reculer notre lutte à l’étranger, car les images sont que tout va bien. Vous savez ce que je dis ?

Jeff : Ouais, ouais, ouais.

Fred : Vous verrez en Amérique, où vous verrez différents, vous savez, des artistes hip hop, qui ont grandi, vous savez ce que je dis ? Donner l’image que ces abus ne se produisent pas. Et dans de nombreux cas, cela confond également la population locale, les gens eux-mêmes.

Jeff : Absolument, absolument.

Fred : C’était une bataille du Black Panther Party. Nous nous battons pour les esprits et les cœurs, ainsi que pour la vie des gens.

Jeff : Vous avez soulevé un très bon point, camarade Fred, et c’est que rien de tout cela, rien de tout cela ne pourrait se produire sans un média complètement dégradé et corrompu. Ils sont la cheville ouvrière. Vous savez, les médias grand public sont la cheville ouvrière qui rend tout cela possible par une censure massive et des fausses nouvelles (https://chinarising.puntopress.com/2020/02/14/presstitutes-in-the-pay-of-the-cia -confession-from-the-profession-book-interview-with-john-paul-leonard-and-andrew-schlademan-china-rise-radio-sinoland-200214/).

Vous savez, je me souviens avoir lu John Potash, son livre sur Tupac. Tupac a fait réconcilier les gangs, les Latin Kings et les gangs noirs, les Crips et les Bloods et tous. Et alors, le FBI sort et, tout d’abord, ils amènent les médias à commencer à parler d’une guerre des gangs et ils sèment dans l’esprit de tout le monde qu’il y a des tensions entre, vous savez, ces groupes. Et ils le font pendant quelques mois. Et puis le FBI sort et abat un couple de mecs latins, puis ils sortent et ils abattent deux mecs noirs. Et puis les médias s’entassent et disent, regardez, vous savez, c’est une guerre des gangs ! Vous savez ? Et le tout a été planifié et planifié par le gouvernement américain. C’est ce que j’appelle les médias gérés par le gouvernement, et c’est tout simplement incroyable.

Fred : Orchestré, vous savez, l’accord est la façon dont cela se fait, c’est de puiser dans les émotions des gens, auquel cas vous avez des réponses illogiques. Dans la ville de Chicago, qui est tristement célèbre pour être connue sous le nom de Chiraq, et j’y reviendrai lors de cette interview. Mais comme une histoire, comme vous le savez, les gens n’ont que des réactions réactionnaires, car tout ce qu’ils voient, ce sont les résultats finaux, pas les différentes dynamiques que nous voyons. Beaucoup de cas, un exemple est le Rwanda. Beaucoup de gens pensaient que ce n’était qu’un simple cas de combats entre Hutus et Tutsis. Mais, ils leur ont donné, la configuration était qu’il y avait diverses entités, des membres de la classe dirigeante, les Belges et les Français (https://forpressfound.livejournal.com/56154.html et https://www.theguardian.com/news/2017/sep/12/americas-secret-role-in-the-rwandan-genocide).

Le fait est que les médias, la propagande des jours avant le génocide a eu lieu au Rwanda, faisant des émissions de radio pour signaler dans cette communauté particulière -vous savez, il s’agissait en fait d’une seule communauté, mais dans d’autres communautés, il y avait des contradictions de classe qui étaient exploités au point d’être exploités et armés, ils leur ont en fait donné les ressources. Ajoutez à cela les mêmes entités, la classe dirigeante, les mêmes pouvoirs impérialistes. Vous voyez ce que je dis, ils créent tout cela, le mettent en place puis ils peuvent entrer et être considérés comme le sauveur et nous allons les poursuivre devant le tribunal (de la CPI) (http://chinarising.puntopress.com/2018/03/29/icc-is-an-imperial-sledgehammer-to-destroy-euranglolands-enemies-china-rising-radio-sinoland-180330/). Et vous vas avoir justice maintenant.

C’est un jeu constant de communautés de camarades contre des communautés de camarades. Chicago est le lieu où se sont déroulées les fameuses expériences Woodlawn, où des entités telles que l’Université Chicago, Sears & Roebuck, la First National Bank, la Rockefeller Foundation, la Ford Foundation (https://www.researchgate.net/publication/318586486_Black_powerwhite_control_The_struggle_of_the_Woodlawn_Organization_in_Chicago). Vous savez qu’ils ont envoyé des agents physiques financés en liquide pour tirer la cloche ??? sous les auspices de programmes pour déclencher le crime, essentiellement pour ne pas citer, pour déclencher une guerre des gangs, afin que le service de police puisse dire qu’il était là pour le combattre en faisant des trajets devant le siège de Blackstone Ranger (https://www.goodreads.com/book/show/545689.The_Blackstone_Rangers).

Il ne s’agit pas seulement d’une épidémie de criminalité, vous savez que les gens disent qu’ils voient du racisme ou de la haine, mais cela est fait pour diminuer la valeur des biens dans un lieu public. Et donc, la valeur de la propriété diminue beaucoup et c’est ainsi que l’Université de Chicago et d’autres entités obtiennent leur propriété. Nous le voyons aujourd’hui à Chicago, sous les auspices de programmes comme, appelés New Communities (http://www.newcommunities.org/), où ils envoient des agents physiques pour créer des vagues de criminalité dans nos communautés. Vous savez, les gens regardent les informations locales et tout ce qu’ils voient, ce sont des gens qui s’entretuent, mais ils ne voient pas les différentes dynamiques qui sont en jeu.

Même les différents cartels qui sont présents dans la ville de Chicago – c’était le principal refuge d’El Chapo. L’autoroute Two-Ninety Expressway était connue sous le nom de « Autoroute de l’Héroïne ». Vous savez ce que je veux dire ? Je ne sais pas si vous en avez entendu parler, mais ici même à Chicago – Chiraq – il y avait en fait des meurtres sur une base quotidienne, aux prises en plein milieu de l’autoroute.

Et ce n’est pas un hasard si sous le maire Rahm Emanuel (https://truthout.org/articles/rahm-emanuel-wants-you-to-forget-hes-a-corrupt-failure/), l’ancien maire de Chicago, ils n’a même pas permis de montrer le film El Chapo à Chicago, les dossiers étant complets à New York (https://www.imdb.com/title/tt6878066/). Ils ne voulaient pas faire le lien de la même manière que le mafieux autrefois, ils étaient tous sur la liste de paie. Luciano (dom de mafia) n’était pas – ils l’appelaient « Chanceux ». Il faisait partie de la masse salariale du gouvernement. Il était leur agent de liaison pour pouvoir vendre les drogues à la communauté noire. Et ce sont des dynamiques différentes qui, vous le savez, se produisent au jour le jour au point que beaucoup de gens commencent à le voir comme la norme.

Jeff : Eh bien, j’ai appris il y a longtemps que nous ne sommes pas en Afghanistan, vous savez, pour libérer les gens qui sont là. Nous sommes en Afghanistan pour que la CIA et l’armée, l’OTAN, puissent transporter chaque année six ou sept mille tonnes d’opium (en héroïne)  en vrac dans toute l’Europe et les États-Unis.

Et quand j’ai interviewé Douglas Valentine à propos de son livre, La CIA en tant que crime organisé (https://chinarising.puntopress.com/2019/07/02/douglas-valentine-on-china-rising-radio-sinoland-the-cia-is-global-capitalisms-secret-gangster-army-190702/). La CIA s’assure que l’héroïne et la cocaïne qu’ils importent avec la mafia et avec les gangs de cartels en Colombie, ils s’assurent que ces drogues ne vont pas dans les beaux quartiers, vous savez, les beaux quartiers blancs, ils assurez que ces drogues soient acheminées dans les quartiers minoritaires, dans les quartiers pauvres pour les garder faibles et avoir une raison, vous savez, de les enfermer pour le reste de leur vie. Donc, fondamentalement, la CIA et le FBI sont le revers ou l’autre côté de la médaille du crime organisé, pour être honnête.

Qu’est-ce que vous pensez ?

Fred : Eh bien, vous parlez, vous mentionnez des entités qui sont la véritable base du pouvoir, parce que beaucoup de gens parlent, vous savez, du crime organisé, même des gangsters. Ils ne sont pas – ils ne peuvent même pas les mettre dans le même souffle que les véritables gangsters, gangsters et banksters, (Jeff glousse) des gens qui occupent des postes puissants, des entités pour prendre des décisions importantes, encore une fois, les divers organismes d’application de la loi, CIA, ATF et ainsi de suite et ainsi de suite. Ce sont ces gars qui prennent des décisions importantes et majeures.

La machine de propagande, les médias, les décisions et les politiques mises en place. Cela se répercute et ils atteignent le niveau local, de sorte que beaucoup de gens pensent, vous savez, que ces entités (locales) sont des gangsters. Mais ils suivent l’exemple de leur rôle désigné qui a été défini.

Mais la vérité est que l’une des définitions américaines de la démocratie – la définition américaine de la démocratie est de laisser les autres faire leur chemin (Jeff glousse) C’est tout. Pas ici en Amérique. C’est ça la démocratie américaine. Et vous allez en Irak et les gens peuvent être placés dans certaines situations, où les gens disent : « Nous exigeons plus de Coca-Cola ». Et les gens pensent qu’ils ont fait ce choix. Ici à Chicago, les gens ont peur du crime et disent : « Nous exigeons plus ???, que nos droits soient davantage violés (Jeff glousse). Et les gens croient qu’ils l’ont fait.

Il s’agit notamment de l’immobilier, des sociétés hypothécaires, Freddie Mac et Fannie Mae et des meilleures sociétés hypothécaires, notamment à Chicago, il y a un déplacement massif de personnes. Cela affecte les gens pour les générations à venir. Vous savez ce que je dis ? Vous verrez même le crack, même le coronavirus, ces formes, ces brins sont des formes de guerre chimique-biologique. Oui. Guerre chimico-biologique. La façon dont cela se fait, vous savez qui est, en fait, dans le comté de Cook, il a été rapporté hier que Chicago a dépassé New York et d’autres endroits, avec le plus grand nombre de personnes attaquées par le coronavirus.

Cook County Jail, la plus grande prison du pays, vous savez ce que je dis ? Le nombre de morts, des gens comme Nicholas Lee et les autres, vous savez ce que je dis, le nombre de morts augmente constamment. Et donc, cela remonte à ces différentes entités, qui sont les véritables acteurs du pouvoir.

Mais c’est aussi une façon pour les gens, les victimes, de prendre un crédit indu. Vous entendez des termes comme crime noir sur noir. Vous savez, alors nous devrions simplement arrêter de nous tuer, vous savez, en disant que c’est juste une simple dynamique que les gens n’ont pas de morale et qu’avez-vous. Cela annule les politiques mises en place. Vous pouvez même voir les discussions maintenant, où les gens disent : « Eh bien, avec le coronavirus, même dans les communautés aisées, les gens disent, eh bien, nous ne voulons pas mourir de faim, nous devons donc ouvrir notre ???, et ainsi de suite.

Donc, les gens laissent… Vous savez, ce n’est pas qu’ils se livrent à certaines choses, certaines activités, à cause de leurs signes astrologiques disant qu’il y a de mauvaises personnes. Ce sont des politiques – les politiques sont la nourriture, les vêtements et le logement. Comment est-il dispersé ? Qui l’obtient et qui ne l’obtient pas ? La politique a donc un impact sur tout. Tout comme la vie et la mort.

Jeff: Eh bien, comme tout le monde l’a souligné, avec ce coronavirus, vous savez, j’ai vu une ligne que les milliardaires américains depuis le début de la pandémie de coronavirus ont augmenté leur valeur nette, leur valeur nette de 280 milliards de dollars (note, juste en une semaine , il est désormais de 434 milliards de dollars – https://www.rt.com/business/489466-billionaires-wealth-growth-pandemic/). Donc, le coronavirus est très, très, très bon pour le 1%. Et ils vont venir plus tard et ramasser des petites et moyennes entreprises et des magasins de maman et papa et des maisons saisies, vous savez, pour 10 cents sur le dollar. C’est comme, c’est comme un gigantesque braquage, vous savez. Vous savez, le casse du siècle est ce que semble être le coronavirus. Et en plus, toutes les subventions gouvernementales, les trillions et les trillions et les trillions de dollars qu’ils impriment comme des fous pour donner aux banques et aux sociétés sur le marché obligataire et le marché boursier. Et cela va certainement leur être bénéfique, pas nous.

Fred : Oui, en effet. Vous savez, nous disons, ils disent que le crime paie. C’est fait, certainement pas pour les gens, c’est au détriment des gens. Et comme vous venez de le comprendre, vous savez, comme les chèques de relance que nous sommes censés recevoir, et les gens de la communauté sur le terrain, la discussion est : « Eh bien, pouvons-nous obtenir ce chèque de douze cents dollars » ? Vous savez, vous revenez en arrière sous l’administration George Bush, et Bush parlait même de… c’était, je pense, après l’attaque…

Jeff : 9/11.

Fred : Oui, et vous avez vu les discussions sur les chèques de relance de seize cents dollars. Donc, ce sont des tactiques différentes dans lesquelles les gens sont pris, vous savez, la vieille carotte et le bâton, vous savez, des concessions triviales, vous savez en même temps, comme un magicien (Jeff glousse), vous savez, comme ils mettre la jolie dame juste là, mais en même temps, la grosse arnaque est en train de tomber (Jeff glousse).

Je veux dire, vous regardez les entités, comme Ruth Chris, le restaurant, connu pour vendre leurs hamburgers à 120 $. Je veux dire, les millions de dollars qu’ils ont reçus, en ce qui concerne le chèque de relance, c’est la dynamique. Il s’agit de la dynamique (https://edition.cnn.com/2020/04/24/business/ruth-chris-jpmorgan-small-business-ppp/index.html).

Jeff : J’ai lu un article où quelqu’un a fait une analyse et chaque Américain reçoit douze cents dollars, tandis que Wall Street et les banques et les milliardaires reçoivent l’équivalent de vingt-trois mille dollars. Donc, ils gagnent 20 fois plus d’argent que nous.

Fred : Oui. Et vous devez mettre en contraste, vous savez, regardez même les détails ??? travailler pour. Vous revenez en arrière et regardez le contraste entre ces chiffres, allez encore plus loin – nous regardons un côté de la communauté, et pourquoi les prix du gaz sont-ils plus élevés dans les zones opprimées ? Pourquoi les prix des aliments sont-ils plus élevés ? Donc, tout dépend du loyer. Jusqu’aux hypothèques. Vous savez ce que je dis ?

Vraiment, je veux dire, cela devrait vraiment être considéré comme un système, comme un système de blanchiment d’argent (Jeff glousse). L’argent passe entre leurs mains. Ils obtiennent cet argent et il revient directement dans le système, s’ils parviennent à le retenir pendant une minute, vous savez ? Donc, cela mène à l’oppression, comme vous le dites, comme vous l’avez dit, à un grand casse. Quel plus grand braquage pouvez-vous retirer ? Et les gens ne savent même pas qui les a coincés.

Ce qui signifie que vous dites également à vos enfants d’être à nouveau des victimes volontaires. Et donc, le stick-up continue à nouveau, pour être continuellement coincé et arraché, puis ajouter à cela, pour ensuite prendre le crédit d’être victime d’être coincé (Jeff glousse), « Eh bien, je n’ai pas de l’argent, à cause de quelque chose que j’ai mal fait ». Je veux dire, c’est Harriett Tubman qui a dit qu’elle pouvait libérer des milliers d’esclaves, elle pouvait libérer des milliers d’esclaves, seulement s’ils savaient qu’ils étaient des esclaves.

Jeff : Qui a dit ça (rire) ?

Fred : Harriet Tubman.

Jeff : Oh, oui, Harriett Tubman, le chemin de fer clandestin et tout ça (http://www.harriettubman.com/). Wow, c’est intéressant. Ouais, incroyable. Hé, écoutez, président Fred, je veux parler de quelques autres choses. Je veux dire, parlez-nous de, et merci pour toute cette merveilleuse conversation. Et entendre que venir d’un camarade à Chiraq est très significatif pour moi, et je sais que ce sera pour le public là-bas.

Il y a un film à venir. J’ai entendu cela alors que je regardais l’une de vos interviews récemment et que vous parliez d’un film sur Fred Hampton, Sr. Quel est le statut de cela ?

Fred : Eh bien, l’état actuel de cela, c’est qu’il est retardé (https://en.wikipedia.org/wiki/Untitled_Fred_Hampton_project). Il n’y a pas de date fixée. Il y a encore un certain nombre de luttes différentes, vous savez, tout, concernant le titre, qui nous semble, qui ne sont que quelques-uns des différents détails. Euh, permettez-moi de vous donner le contexte.

Ce n’est pas la première fois que l’on discute d’un film sur le président Fred. En fait, nous avons dû faire face à un certain nombre de contradictions différentes, parce qu’un film est comme toute autre chose, parce que l’héritage non seulement du président Fred, mais du Black Panther Party est quelque chose que, vous savez, nous ne prenons pas à la légère. Vous savez, en fait, notre position des Black Panther Party Cubs est qu’un héritage est plus important que votre vie parce que, vous savez, les gens disent : « Wāh, c’est un peu difficile à dire ». Mais, la réalité que nous voyons au jour le jour, nous avons un certain temps pour être, pour le regarder, pour être béni avec la vie. Ceci, notre être physique.

Un héritage sert de modèle, de prototype pour les situations futures, les générations futures. Et nous parlons d’une organisation qui a été ciblée, une organisation qui, selon le gouvernement américain, était la principale menace à la sécurité intérieure des États-Unis depuis la guerre civile. Donc, en fait, avant le film, The Butler est sorti (https://www.rottentomatoes.com/m/lee_daniels_the_butler), Forrest Whitaker parlait de faire un film sur le président Fred, et le Black Panther Party lui a dit que, « Son fils ne joue à aucun jeu ».

Les Cubs verront et Antoine Fuqua disait (https://variety.com/2017/film/news/antoine-fuqua-equalizer-2-black-panther-movie-sony-1202409106/) , « Pas que nous ne veux pas me passer des freins et contrepoids, juste pour le faire dans… ». Nous savons que dans un film grand public en particulier, demandez ??? ou des acteurs à Hollywood, vous voyez le cas comme un cas, vous savez, que l’objectif, l’élan est, vous le savez, le divertissement, la raison pour laquelle nous essayons de trouver des financements, donc nous ne nous attendons pas à ce que ces entités se contentent d’exposer notre intérêt pour la vérité.

Notre héritage, notre survie en dépend. Donc, ce film a été tourné et il y a des contradictions qui subsistent même en ce qui concerne d’autres choses, d’un autre point de vue, en disant : « Eh bien, quel est le problème » ? Eh bien, des contradictions telles que, vous savez, comment l’un des principaux agents provocateurs, en fait un agent provocateur majeur, est celui qui a fourni le plan d’étage pour l’assassinat du président Fred, William O’Neal (https://www.chicagoreader.com/chicago/the-last-hours-of-william-oneal/Content?oid=875101) – comment sera-t-il représenté et ainsi de suite et ainsi de suite? Et c’est comme quelque chose, comme un impératif… Évidemment, ils disent que cela ne fait aucune différence. D’accord. Mais tout est politique. La politique, c’est comme l’immobilier, le temps et le lieu, etc. (Jeff glousse).

Donc, ce sont quelques-unes des causes que nous avons traitées et que nous traitons. Donc, c’est toujours en place, c’était initialement en août, fin août, date de sortie du film pour sortir. Nous serons toujours le Black Panther Party, et je le dis, nos fondateurs, moi-même et ma mère, que j’ai toujours la chance d’avoir en tant que personne, la veuve du président Fred Hampton, qui est toujours là. Et nous devons aller contre des offres différentes, vous savez des révisionnistes, des gens avec des livres non autorisés, des gens qui ont cherché des individus dans notre famille, vous savez ce que je dis ? Des gens qui ne l’étaient pas, qui ne savaient rien du Black Panther Party, rien du président Fred, pour les élever.

Il y a des organisations, pas seulement l’industrie du cinéma – des organisations qui ont été créées pour nous contrer et pour confondre les gens sur ce qu’était le Black Panther Party. C’est donc une lutte constante. Vous direz, vous savez – ouah – parfois comme ce que nous faisons dans le même souffle, il y a certaines dynamiques dans lesquelles nous devons nous engager pour le bien des gens, comme il y aura des luttes multiples, comme nous parlons en ce moment. Ce serait comme maintenant, les différentes campagnes et résistances se produisent, car même avec le coronavirus, la police tuant notre communauté n’a pas cessé.

Donc, les gens, leur réponse, la mauvaise chose, la bonne chose est automatiquement, oh, ils ont une étiquette de couverture, « Ce sont les Black Panthers, tout le monde est Black Panthers » (Jeff glousse). Mais, l’accord est, nous disons, le droit de résister, mais la définition du Black Panther Party est avec le Black Panther Party. Et peut-être des fois comme nous l’avons vu dans le mouvement Black Power dans les années 60, il y a eu de nombreuses actions qui se sont produites, auxquelles le Black Panther Party a été incorrectement crédité. Et vous savez ce que je dis ? Nous devons nous battre pour maintenir l’héritage, nous devons croiser nos « t » et parer nos « i », nous devons être sur le terrain, nous devons être sur le plateau de tournage, ce que nous étions et ce que nous serons. Oui, pour nous assurer que nous le faisons et que cet héritage reste intact.

Jeff : Est-ce que ça va être, président Fred, ça va être un documentaire ou un film biographique ?

Fred : En l’état actuel, c’est un film biographique inspiré par des histoires vraies. Donc, c’est bien de le reconnaître, mais la mauvaise chose (à Hollywood) est que nos gens veulent entendre notre part. Vous savez, parce que la politique des médias est très puissante, vous savez, juste le fait qu’elle soit diffusée à la télévision, vous savez, les gens disent alors que c’est un fait. Et donc, à l’autre bout, fait grandir une discussion dans certains domaines, afin que les gens reconnaissent (ceci). Je ne sais pas avec ce climat, ça va être, vous savez, dans cette affaire, si ça va être un film grand public dans les salles de cinéma.

Donc, je veux dire qu’il est question de ramener les drive-in (cinémas de voitures garés) dans la communauté, et ainsi de suite. Donc, je n’en sais rien. Mais, oui, eh bien, ce sont les « pros ». Quand les gens voient ça c’est dans une arène comme celle-ci : « Oh, wow. C’est une chose à laquelle nous devons prêter attention », parce que l’un des risques d’être opprimé et colonisé est de prendre la parole de ceux qui sont reconnus par les membres de la classe dirigeante.

Donc, c’est là que c’est maintenant, inspiré par une histoire vraie, parce que nous avons un certain nombre de luttes différentes, vous savez, à propos de toute l’intensité … la réalité d’Hollywood et de nombreuses autres entités sont incapables de raconter réellement l’histoire du président Fred. Il y a des gens en ce moment, grâce à l’influence du coronavirus, dont les pores et les oreilles politiques peuvent être plus ouverts pour même reconnaître et parler de la souffrance et de la lutte parce que bien quelquefois avant cela, il ne s’agit pas de bonnes personnes et les méchants, c’est qu’ils ne peuvent même pas se rapporter à notre révolution???.

Comme je l’ai dit, par exemple, si vous parlez simplement, par exemple, du programme de petit-déjeuner Black Panther Party, avant ce climat de coronavirus, il y a beaucoup de gens qui diraient qu’ils ne pouvaient même pas le comprendre, et encore moins les gens à Hollywood. Quelle ? Pourquoi aurait-il même besoin d’un programme de petit-déjeuner ? Eh bien, pourquoi ces gens n’appellent-ils pas simplement Grub Hub (Jeff glousse) et commandent-ils simplement de la nourriture ? Il y a donc cette incapacité ou cette réticence, ou dans le cas d’Hollywood, l’incapacité de raconter réellement l’histoire du président Fred. Donc, nous devons être francs à ce sujet…

Jeff : Oui, eh bien, allez-y …

Fred : Nous espérons, nous espérons que cela crée une soif que les gens disent : « Eh bien, quelle est la vraie affaire » ? Et vous savez ce que je dis, il ne suffit pas que les acteurs nous divertissent… notre leadership, je dis que c’est une tactique que Rome a mise en place. En fait, il y a eu une entrevue avec Malcolm X avant et dans cette entrevue, quelqu’un a dit quelque chose du genre : « Eh bien, Jackie Robinson n’est pas d’accord avec vous au sujet de la violence ». Et la réponse de Malcolm X a été : « Attendez une minute. Ne nous tenez pas pour acquis que Jackie Robinson est notre porte-parole. Nous ne citons pas Bob Hope ou Marilyn Monroe (Jeff rit) pour votre communauté, vous savez ce que je dis » ?

D’accord. Donc, nous avons une entité. Nous avons des individus du Black Panther Party Cubs pour dire que c’est de cela qu’il s’agit. Voici les programmes, Triple C, Choose-Community-Cubs. Nous avons la radio Free ‘Em All (https://www.blogtalkradio.com/str8uptalk). Ceci est l’organisation. Nous sommes dans la maison. Nous avons la maison où le président Fred a grandi, car nous nous battons pour la sauver et la maintenir pour la transformer en musée pour parler de qui était le président Fred (https://www.gofundme.com/f/SaveTheHamptonHouse50/ et https://southsideweekly.com/bigger-than-a-building-hampton-home/). Donc, nous en discutons.

Jeff : Eh bien, je vous souhaite le meilleur. Je vous souhaite bonne chance, car Hollywood est une fosse aux serpents…

Fred : Ouf, incroyable. Vous me dites.

Jeff : Et j’espère juste que vous pourrez, j’espère que le film trouvera la vraie voix de votre père et de votre mère. Mais, je sais que ça va être une lutte énorme, massive pour y arriver parce que c’est juste un puisard. Hollywood est un cloaque, je vous souhaite donc bonne chance.

Hé, écoutez, vous êtes le président du comité des prisonniers de conscience (POCC), qui a aussi, vous le savez, les Black Panther Pantha Cubs. J’adore votre logo, que je mettrai en place. Et au fait, pour tous les fans, je vais le mettre sur l’article. J’ai les sites Web du camarade Fred où vous pouvez acheter sa musique, sa station de musique, sa chaîne YouTube, Facebook, LinkedIn et Twitter. J’ai tout ça, ainsi que son courriel. J’espère donc que si vous souhaitez vous impliquer dans le POCC et la mission du président Fred, faites-le.

Alors, parlez-nous du POCC et de ce que vous faites tous à Chiraq.

Fred : POCC est un acronyme pour Prisoners of Conscience Committee, que vous nous entendrez utiliser de manière interchangeable ainsi que les Black Panther Party Cubs. Il est littéralement né littéralement derrière les lignes ennemies. Né à l’intérieur des prisons, j’ai été moi-même détenu prisonnier politique. Bien que le ruisseau ??? des prisons est un aspect majeur de l’histoire ??? du Black Panther Party, il a été initialement formé comme le Black Panther Parti de la légitime défense. Et c’était la dynamique initiale du parti, en ce qui concerne la brutalité policière, que nous appelons le terrorisme policier. C’était un aspect majeur du travail du Black Panther Party for Self-Défense. Il a ensuite abandonné la « légitime défense », mais le parti était et reste une organisation révolutionnaire. Le Comité des prisonniers d’opinion, la question de la prison était au départ un aspect majeur de notre travail – elle reste à être.

Cependant, nous pouvons établir la corrélation avec Malcolm X, qui a déclaré que l’Amérique elle-même représente la prison. Ou, le ministre Huey P. Newton, qui a dit que la prison est un microcosme au sujet de cette communauté. En d’autres termes, le terrorisme policier que l’on voit chez Mahoney ??? où (Mumia) Abu-Jamal a été détenu en captivité, vous savez, je dis l’Attique, le Fulsom (infâmes prisons américaines), nous voyons sévir dans les communautés colonisées, de la Californie à Chicago à l’Ohio, etc. en avant.

Donc, c’est une organisation révolutionnaire qui est un acte difficile à suivre, un acte difficile à suivre. Nous essayons de marcher dans les pas de patte, dans les pas de patte de panthère du Black Panther Party. Et encore une fois, nous ne le faisons pas de manière romantique abstraite. Vous savez, nous voulons être comme les Panthers, avec leur idéologie politique, et nous en avons payé le prix. Nous avons été pris pour cible, nous avons été infiltrés, nous avons été pris pour cible par le Nowatel ??? Probe, la campagne continue de calomnie contre-insurrectionnelle. Nous avons été touchés financièrement, physiquement, politiquement. Nous avons été frappés par des assassinats, vous l’appelez, nous nous battons. Vous savez qu’on se bat.

Quand j’y pense, il y a une histoire célèbre au sujet du ministre Huey P. Newton. Vous savez, il y a eu une collecte de fonds pour les fonds juridiques, pour le fonds de défense juridique du ministre Huey P. Newton. Et lors de la collecte de fonds, ils ont frappé des membres du Black Panther Party sur des accusations trompées, et l’argent recueilli lors de la collecte de fonds était de 5 000 $. Mais l’appel de caution pour faire sortir ces personnes était de 5 000 $.

Et maintenant, nous faisons campagne pour lever des fonds, et en même temps, nous avons inventé des cas que nous avons dû traiter, vous savez. Donc, ça a été une chose après l’autre. Mais nous sommes honorés, nous sommes honorés de marcher à nouveau dans les pas de la patte Panther. C’est une bataille à mort, en équipes contre ces entités qui se sont constituées. Et lorsque les gens eux-mêmes, souvent, leurs pores émotionnels sont ouverts. Et à Chicago, en particulier, il y a une dynamique de structure, vous savez, nous sommes touchés par le fait d’être la ville la plus isolée du pays. Il y a donc la dynamique de course, mais aussi la dynamique de classe qui nous impacte beaucoup.

Nous combattons donc cette structure et son héritage de souffrance, tout en trouvant des points d’unité avec d’autres individus de différentes communautés respectives. Comme nous l’avons dit, le président Fred a réussi à mettre sur pied la Rainbow Coalition, ce qui était un exploit phénoménal. Faites attention à vous, faites attention à vous, dans une ville qui était et reste la ville la plus isolée du pays. Le président Fred a pu faire face à la course, ainsi qu’aux contradictions de classe, vous savez.

Quand on parle de ce travail, il y en a beaucoup ??? nous devons faire, comme, vous savez, par exemple, juste regarder en arrière en ce qui concerne le film, vous savez, dans notre décision de le traiter, nous avons dû faire un contrôle des dommages. Je veux dire, vous serez surpris des livres non autorisés qui sont liés à, qu’il y a des personnes non autorisées qu’ils utiliseront ou référenceront. Et c’est une contradiction à plusieurs reprises dans notre communauté. Je veux dire, la classe dirigeante va saisir certaines personnes et les élever pour dire une évaluation incorrecte. Je veux dire qu’il y a certains mouvements que nous devons entreprendre. Je ne peux pas vous dire combien de fois, combien d’occasions – ouah – je ne veux pas vraiment m’occuper de ça ici.

Mais nous disons que c’est un service au peuple. Ce n’est pas à propos de moi-je… Nous devons dire « Quel est le plus grand bien » ? Nous devons entrer et corriger ces contradictions. La raison pour expliquer cela dans de nombreux cas, ne pas voir, ne pas voir la récompense instantanée. Ne pas voir le niveau conscient des gens, pour pouvoir se mettre en relation immédiatement. Ce peut être des générations à venir. Le président Fred a pris des mesures contre lesquelles de nombreuses personnes étaient opposées. Il y avait beaucoup de gens dans la Rainbow Coalition qui ne cadraient pas dans de nombreuses arènes. Mais, le président Fred était armé de la politique, ainsi que du principe. Vous savez ce que je dis, pour reconnaître que le racisme est un outil utilisé par le capitalisme. Il rappelle également la citation de Huey P. Newton, qui a parlé des lignes de démarcation : « Dans quel intérêt travaillez-vous ? Cela devrait être chez d’autres personnes ».

Jeff : Vous savez, je viens d’acheter et je n’ai pas eu la chance de l’écouter. Je viens de télécharger pendant que je regardais certaines de vos autres interviews et j’ai appris qu’il y avait les bandes Black Panther (Speeches) disponibles sur Amazon. Je les ai téléchargés. Et je pense que la plupart de ces discours sont des discours de votre père, n’est-ce pas ?

Fred : Oui, c’est donc ce que nous devons aborder. Vous savez que beaucoup de ces entités, vous savez, récoltent les ressources du président Fred et du Black Panther Party, vous savez, je veux dire, certaines des mêmes sociétés, vous savez – nous avons rassemblé des trucs, appelés « Le Tag » ???, je veux dire que les informations devraient être diffusées. Cependant, l’accord est là, les batailles, les coffres de guerre, vous savez ce que je dis, sont là.

Vous savez, c’est toujours ironique, vous savez, un peu comme une interview aux informations, sur Suspicion ???, j’ai vu il n’y a pas si longtemps, et ils interviewaient des gens en Allemagne nazie et ils disaient : « Comment se fait-il que les soldats dans les chambres à gaz, comment ont-ils pu tirer profit de tout cela » ? Et l’accord est notre communauté, certaines de ces mêmes entités de la classe dirigeante, les Amazones et ainsi de suite, comment récoltent-elles les ressources du sang, de la sueur et des larmes du président Fred Hampton ? Pas seulement eux, mais tous ces avocats qui, dans la journée, je veux dire, font du bien. Je veux dire que ce sont tous les enfants qui devraient être les porte-parole du président Fred.

Je veux dire, c’est ironique et cela semble être des contradictions flagrantes d’un autre côté, je veux dire que nous sommes dans une vicieuse, une helluva, une bataille houleuse pour sauver la maison dans laquelle il a grandi. Bien que nous ayons les banques, nos dos, nous sommes toujours dans une bataille pour ramener le bâtiment au code, comme nous parlons en ce moment. Je veux dire, la maison, les inondations, les problèmes électriques, et tout ça et jouer la carte maintenant. Nous cachons ces contradictions. Comment se fait-il que des gens en profitent ? En même temps, la politique de Black Panther est que l’information est la matière première pour de nouvelles idées. Mais, ce qui est également important, c’est d’où tirez-vous ces idées ?

Vous savez, je pouvais voir une différence, vous savez, le résultat, la dynamique unique du Black Panther Party était celle de l’autodétermination. Il y a des gens qui se souviennent des choses, étant nourris leurs petits déjeuners gratuits par le programme de petit déjeuner gratuit Black Panther Party. Dans tant de cas, dans tant d’organisations, c’est une autre entité qui appelle les coups de feu qui les nourrit, leur donne leur première subsistance et ils deviennent des esclaves formés pour la vie, des esclaves formés pour la vie, vous savez ce que je dis ?

Jeff : Ouais…

Fred : Donc, nous nous battons pour être durables, pour être sur pied, pour que nos programmes servent les gens. Pour que les gens disent : « Attendez une minute, c’est inspirant » ! Il y a une école primaire en face de la maison du président Fred. Il est vrai que les enfants qui fréquentent cette école ne savent même pas qui il était.

Jeff : N’est-ce pas incroyable ?

Fred : Oui, incroyable. Depuis que nous sommes ici. Nous… Les enfants maintenant ils marchent avec fierté. Ils disent : « C’est la maison du président Fred qui a grandi » ! Ils parlent de l’affaire qui lui a été donnée, elle n’est pas seulement reléguée au mois de février, le Mois de l’histoire des Noirs, elle est liée à chaque conversation.

Jeff : Eh bien, c’est comme ça que ça doit être.

Fred : Oui, en effet.

Jeff : Hé, écoute, je veux, après avoir lu ton poème, CURIEUX JUS ?!, Et découvert que vous es un musicien. J’ai également acheté tout ce que je pouvais trouver en ligne pour votre musique. Et merci à John Potash dans son livre sur Tupac, et même à l’autre sur tous les musiciens tués. Vous savez, pourquoi / à propos de Jimi Hendrix et Janis Joplin. Et ça continue encore et encore et encore. Quoi qu’il en soit, j’avais subi un lavage de cerveau. Je l’admets. Aux États-Unis, j’avais subi un lavage de cerveau par la Big Lie Propaganda Machine (BLPM) que, vous savez, le rap était mauvais.

Et grâce à lui (Potash), j’ai eu la musique de Tupac, et j’étais comme époustouflé et je ne pouvais pas croire à quel point il était bon, surtout ses trois premiers albums. Et puis j’ai acheté le vôtre. J’ai acheté votre catalogue. Et vous es aussi un grand musicien. Et vous écrivez aussi de la poésie, vous avez écrit un merveilleux poème à votre mère, je pense, je pense quand vous étiez en prison. Et je l’ai montré à ma femme et à ma fille quand j’ai eu ça.

Parlez-nous un peu de votre musique et de votre poésie et de ce qui vous inspire.

Fred : Tout à fait. Tout, je suis un révolutionnaire qui fait de la poésie. Donc, d’une manière générale, c’est une version pour moi. Objectivement parlant, nous essayons d’utiliser divers outils pour faire passer le mot. Vous savez, pour éveiller la conscience des gens. Huey P. Newton a également déclaré que les gens ne lisent pas autant que nous le souhaiterions, alors nous utilisons des tactiques différentes. Ainsi, même la poésie est politique. Et vous avez mentionné Tupac. Il a vraiment fait notre travail, car il était la fierté de notre organisation. Il était l’organisation et l’organisation avait besoin de lui.

Et, vous savez, nous avons eu la chance de pouvoir utiliser autant d’artistes de notre temps. Mais nous essayons de porter ou de marier cela avec le climat actuel, parce que dans de nombreux cas, nous voyons que, par exemple, Marvin Gaye était un homme troublé parce que, vous savez, après la défaite militaire du mouvement Black Power, ne pouvant pas mettre ce qu’il voulait, et sa relation avec le peuple. Rock Kim (Rakim – https://www.facebook.com/rakimallah), reconnu comme l’un des pionniers du hip hop. Il a expliqué qu’il n’était pas en mesure, vous savez, de collaborer avec le Dr Dre ? Vous savez, le Dr Dre était un certain récit que le Dr Dre voulait lui pousser. Vous savez, dites ceci, donnez-nous tout ce récit sur les gangs de gangsters.

Et ironiquement, beaucoup de ces musiciens nous donnent la même chose… leurs enfants vont dans ces écoles d’élite, etc. Le Dr. Dre et ainsi de suite. Ils veulent nourrir cette poubelle à notre communauté et Rock Kim ne ferait pas ça, il ne se lancerait pas.

Et pour pouvoir articuler, c’est libérer de pouvoir… dans n’importe quelle entité, ou même dans l’art, ne pas être tenu en laisse, ne pas être bridé, donc ils ne peuvent pas dire « OK, ne dis pas ça ». Et cela vient avec certains grands courants, vous savez, les entreprises, etc. Donc, j’essaie de vous le savez, c’est juste ironique que nous ayons cette discussion maintenant. Et maintenant, comme pour les jeunes, c’est une production pour le rythme, c’est un processus d’éducation politique pour les mener à bien. Nous pouvons dire, eh bien, quelle est la grande différence ? Même la musique est politique. Et j’ai aussi eu certaines forces, certains types. Et, vous savez, dès que nous les aurons, ils seront achetés. Ils seraient enlevés.

Mais j’ai fait un morceau que je veux que vous attendiez avec impatience que je viens de sortir récemment. Et j’essaie de le sortir maintenant, j’espère. Mais, le producteur, j’espère que le gars de la musique écoute, car il attend trop longtemps pour le sortir (Jeff rit). Nous essayons de faire publier ceci en ce moment, car nous ne servons pas de repas froids. Nous voulons ce droit. Ceci est une pièce que je publie A.S.A.P. appelé, Boule de Corona.

Jeff : Boule de Corona ?

Je ne sais pas comment ça va sonner, je ne sais pas combien de temps nous avons, mais je peux le mettre en place, vous savez, vous donner un aperçu. Je ne sais pas comment votre son est configuré, si vous voulez l’essayer.

Jeff : J’adorerais l’entendre ! Faisons-le !

Fred : Essayons. Une seconde. Voyons voir. Mettons cela en place Il faut encore maîtriser. Nous allons essayer ceci maintenant … Ceci (le titre) vient des Tentations, leur Boule de Confusion (https://en.wikipedia.org/wiki/Ball_of_Confusion_(That%27s_What_the_World_Is_Today))… Ça s’appelle Ball of Couronne.

Jeff : Boule de Corona (rire) !

[Fred joue sa chanson, Ball of Corona]

Fred : Boule de Corona

Jeff : WOW ! C’est génial, mec (applaudissant) ! Camarade Fred, vous étais en feu (riant de joie) !

Fred : Tout droit, tout droit, tout droit. Donc, une fois que nous aurons abattu le maître, nous aurons… Tout droit, tout droit.

Jeff : Vous étais en feu, c’était super. Je vous dis quoi, si vous avez les paroles et m’envoyez un courriel, je les inclurai. Je pense que c’est l’un des meilleurs poèmes que j’ai entendus depuis longtemps. C’est merveilleux.

Fred : Tout à fait, tout à fait, nous vous le fournirons dès que possible. Oui, en effet, nous allons le sortir, oui en effet.

Jeff : Hé, écoute, la raison pour laquelle je t’ai contacté est que je suis sur ta liste de diffusion. Je reçois votre courriel maintenant que vous envoyez et avant de fermer ce soir – ou le matin pour vous – 12 heures plus tôt que moi, vous venez d’avoir le 5 mai, une démonstration devant, je suppose, le comté de Cook prison, qui, selon vous, est la plus grande concentration municipale des États-Unis. Et un pauvre gars nommé Nick, Nicholas Lee est décédé en prison le 12 avril (https://southsideweekly.com/not-getting-no-treatment-cook-county-jail-covid/).

Qu’est-il arrivé ?

Fred : La prison du comté de Cook a une histoire notoire avant le coronavirus, le climat du coronavirus. En fait, le célèbre poète Gil Scott-Heron (https://www.rollingstone.com/music/music-news/gil-scott-heron-revolutionary-poet-and-musician-dead-at-62-235427/) a parlé de la prison du comté de Cook. D’accord, je préférais que la prison du comté de Cook ait une histoire notoire. En fait, la plus grande prison, la plus grande prison du pays. Le shérif de la prison du comté de Cook, Tom Dart, avant. Et cela est dû en partie à la façon dont les problèmes de santé mentale sont traités dans la communauté noire et d’autres communautés de camarades. En fait, l’un des premiers décrets du maire Rahm Emmanuel devait fermer les installations de santé mentale de la communauté noire. Et c’est aussi, cela va aussi avec les gens qui l’appellent la « guerre contre le crime ». Je veux dire, c’est notoire, nous avons parlé des sœurs de 17 ans de la prison du comté de Cook qui, leurs serviettes hygiéniques sont réutilisées. Cela se passe… c’est un endroit notoire – encore une fois, tous ces camps de concentration dans ce pays sont notoires.

En fait, lorsque les Nations Unies ont appelé cela des détentions arbitraires. En fait, personne n’a de problèmes, sauf les États-Unis. Vous ne pouvez pas entrer et regarder. Vous savez, nous disons en ce moment avec ce climat de coronavirus, Cook County Jail plus le coronavirus peut très facilement égaler un cadavre. Nous entendons rapport après rapport, et Cassandra Greer-Lee, l’épouse de, la veuve de Nicholas Lee a documenté plus de 132 appels téléphoniques au bureau du shérif du comté que son mari a été ramené de prison fédérale avec un bref de cour, vous savez, il a pris un certain temps pour examiner son cas, et malheureusement pour le moment, avec le coronavirus et elle parle de personnes en pleine forme, en bonne santé et de leur détérioration rapide, je veux dire appeler, ils sont juste en train de mourir, ils sont assassinés . Vous savez, appeler et obtenir le contournement, être mis en attente, envoyé à d’autres agences – coupés au piège – ils meurent, sont assassinés. Le sang de Nicholas Lee est entre les mains de l’administration. Je veux dire Kelly Jackson (chef adjoint de la prison du comté de Cook – https://www.wbez.org/stories/in-cook-county-you-can-be-found-not-guilty-and-still-go-back- en prison / d89cfe8b-1e5b-4882-95d4-831cad2e9ca6), le shérif Tom Dart, comté de Cook, tout le gambit.

Donc, nous avons été là-bas. Et pas seulement en ce qui concerne Nicholas Lee, comme lors de son anniversaire, pour attirer l’attention sur, en appelant à la libération anticipée, et nous avons les chiffres et les femmes ont été libérées, révélant ce qui se passe dans les centres de détention pour mineurs, pour exposer ce sont des camps de concentration à travers le pays, pour faire passer le mot. Donc, ça continue de baisser, nous nous battons toujours, en fait nous avons actuellement une mobilisation en cours, dimanche nous allons être devant la prison du comté de Cook à 11h30. Aujourd’hui, nous sommes au Townsend Building au centre-ville de Chicago, pour marcher pour Ahmaud Arbery, qui a été tué en Géorgie. Mais cela se passe dans la prison du comté de Cook. Je ne sais pas si vous avez vu la citation de Frank Chapman (https://www.caarpr.org/) qui disait : « La prison du comté de Cook est un piège mortel ».

Jeff : Ouais, ouais, j’ai vu ça, vous avez dit… cette citation de Frank Chapman. Incroyable.

Eh bien, camarade Fred, vous et votre mère et tant de milliers d’autres combattants de la liberté êtes juste, je veux dire, vous avez tous mon respect et mon honneur les plus profonds, les plus profonds et les plus humbles pour ce que vous faites tous. J’ai interviewé un gars à New York, Max Parry (https://chinarising.puntopress.com/2019/03/21/max-parry-interviews-on-china-rising-radio-sinoland-take-that-evil-empire-past-present-and-future-190322/). Et, vous savez, à la fin de l’interview, j’ai dit : « Eh bien, certains jours, vous savez, je me sens vraiment mal, parce que les choses ne vont pas si bien ». Et il a dit : « Nous ne pouvons pas laisser les salauds nous abattre » ! Et puis j’ai interviewé un autre gars de 90 ans, Jay Janson, à New York (https://chinarising.puntopress.com/2020/04/30/the-jay-janson-archives-are-here-celebrate-the-life-of-a-nonagenarian-antiwar-anti-imperial-anti-global-capitalist-hero/). Et il dit toujours : « Jusqu’au dernier souffle » ! Vous savez, il se bat toujours à 90 ans pour nous, pour la justice sociale, pour les 99%.

Vous êtes tous juste une inspiration pour, je connais tellement de gens. Et je pense qu’après que toutes ces nouvelles personnes auront entendu parler de vous et de votre mère, Akua Njeri et du POCC, que vous allez, vous allez tous inspirer beaucoup plus, beaucoup plus de gens à travers le monde. Quoi qu’il en soit, mon chapeau est à toi. Et en fait, quand je t’ai appelé (plus tôt), j’ai eu ta maman qui a répondu au téléphone et elle a dit : « Ouais, je vais partir à sept heures ce matin, je vais aller travailler pendant trois heures dans les rues et j’aide à nourrir les gens ». Et je veux dire, c’est juste incroyable, vous savez ?

Fred : Je veux dire, si je peux vous interrompre. Vous savez, je me sens chanceux d’être tombé de l’arbre de deux combattants de la liberté. Et encore une fois, Akua Njeri, anciennement connue sous le nom de Deborah Johnson, la veuve du président Fred, qui le couvrait lorsque des obus leur arrivaient par le matelas, se cachait sur un camarade (http://www.hrcr.org/ccr /njeri.html). Vous savez qu’elle préside certains des comités de soutien. Elle a été ma camarade, de la rue au plateau de tournage, elle est ma conseillère en or. Elle est le regard de notre comité consultatif, elle a été là pour aider un certain nombre de Black Panthers au sein de notre comité consultatif. C’est une force phénoménale. Nous avons donc eu la chance de l’avoir encore sur le pont. Je veux dire tous les 30 août, 4 décembre en particulier, mais elle est là tous les jours pour exposer la séquence de ce qui s’est passé ce jour-là, et ce qui se passe en ce moment. Elle ne s’assoit pas et dit : « Oh, je suis à la retraite ». Je veux dire, elle se bat toujours, vous savez. Et pour pouvoir avoir sa présence. Nous avons eu de la chance.

Jeff : Ouais, eh bien, ce fut un honneur de lui dire bonjour ce matin. Et j’ai vu à la télévision le 4 décembre, elle était là avec toi et Mark… J’ai un rot cérébral… Mark…

Fred : La famille de Mark Clark.

Jeff : Ouais, ouais. La famille de Mark Clark, ils étaient là-bas… Et votre mère était là-bas. Votre maman était là-bas. Et donc c’est juste phénoménal, inspirant et édifiant.

Hé, écoutez avant de partir et dis au revoir, et j’espère que ce n’est pas le dernier au revoir. Mais faisons un peu d’appel et de réponse. Je vais appeler, je vais dire un mot et tout ce qui vous vient à l’esprit, et compte tenu de votre incroyable don de poésie et de musique, faites-moi savoir ce que vous en pensez.

Voici le premier mot…

Révolution.

Fred: Complet, changement complet.

Jeff:

Solidarité.

Fred: Unis avec des intérêts communs.

Jeff: Excellent …

Liberté.

Fred: Liberté. Oh, nous avons été privés. Comme l’a dit la camarade mère Akua Njeri, nous sommes privés depuis si longtemps, parfois c’est difficile à articuler. Mais, je le sais comme ça, je sais que c’est le droit de déterminer nos destins.

Jeff : Eh bien, c’était mon prochain,

Autodétermination.

Fred : Autodétermination. Une entité précieuse et précieuse. Un précédent, quelque chose dont nous avons été privés, pour lequel nous nous battons, ce pour quoi les Cubs du Black Panther Party se battent. L’autodétermination est le droit de déterminer nos destins.

Jeff : Et puis le suivant,

Servez le peuple.

Fred : Servir les gens. Être honoré. C’est un honneur, je suis humble de pouvoir servir, de servir le peuple. Je crois que comme les églises de quelqu’un d’autre ???, nous l’appellerons, vous savez comment nous nous battons pour un climat que nous pouvons continuer à faire ce que nous faisons, pour être des serviteurs qui servent le peuple. C’est une expérience enrichissante. C’est un processus éducatif continu, pour pouvoir servir le peuple.

Jeff : Génial…

Socialisme.

Fred : Pas pour faire cliché, mais c’est quand les gens consomment ce qu’ils produisent et ils produisent ce qu’ils consomment.

Jeff: Et voilà (rires)… Depuis que je suis une vieille chinoise,

Camarade Mao Zedong.

Fred: Hmm … Droit sur le respect révolutionnaire du Livre rouge, doit … et cela ne se limite pas au président Mao Zedong et à ses écrits, mais directement sur le Livre rouge, vous savez ce que je dis, il est toujours pertinent, toujours révolutionnaire.

Jeff: Oui, bien sûr.

Fred: Le premier coup de poing à la Révolution culturelle, le premier coup de poing à Mao Zedong!

(Révolution culturelle – (http://chinarising.puntopress.com/2016/11/09/son-of-the-revolution-dongping-han-on-growing-up-during-chinas-great-leap-forward-and-cultural-revolution-china-rising-radio-sinoland-161110/ et http://chinarising.puntopress.com/2017/03/30/from-poor-peasant-to-phd-professor-mobo-gaos-revolutionary-upbringing-during-chinas-mao-era/) (Mao Zedong – http://chinarising.puntopress.com/2018/03/08/mao-zedong-was-the-greatest-liberator-of-women-in-human-history-china-rising-radio-sinoland-180308/).

Jeff: Ensuite,

Frères latins Fidel Castro, Che Guevara, Hugo Chavez et Nicolas Maduro.

Fred: Le climat. Oh, vous avez jeté beaucoup de gens là-dedans. Oui, l’esprit, l’esprit d’internationalisme, l’esprit de solidarité, des exemples de coalitions, des exemples de l’importance de la lutte internationale, des exemples de luttes que nous ne pouvons pas voir subjectivement. Notre entreprise ne peut se limiter aux confins de l’endroit où nous sommes colonisés. Encore une fois, de bons exemples pour pouvoir reconnaître l’importance de la lutte internationale

Jeff: Tout à fait. Prochain,

Des combattants anti-impérialistes amérindiens, trop nombreux pour les nommer.

Fred: Amis. La lutte à nouveau solidaire, les Cubs du Black Panther Party ont eu la chance. Il y a des camarades comme Carlos Emmanuel, dont le père connaissait mon père, le président Fred, vous savez qu’ils se sont rencontrés au Canada.

Jeff: Wow!

Fred: Oui. Oui. Et pour pouvoir être solidaire dans les campagnes, se battre pour Leonard Peltier, Abu-Jamal, Sundiata Acoli, à Orlando Wally ??? contester les pipelines,

Jeff: Ouais, ouais, ouais, les pipelines au Canada, les autochtones là-haut.

Fred: Et pour avoir la relation réciproque où ils descendent et participent à des campagnes avec nous ici même à Chiraq, ce sont des exemples phénoménaux de solidarité.

Jeff: C’est inspirant. Maintenant trois maux, maintenant trois sujets diaboliques (rires),

Capitalisme et colonialistes.

Fred: Le capitalisme, eh bien, je raconterais cela avec notre défunt grand maréchal George Jackson (https://socialistworker.org/2018/08/21/the-murder-of-a-soledad-brother), qui a dit que, vous savez, le capitalisme affecte non seulement l’économie du peuple, mais il affecte la psyché du peuple. Je me réfère à Malcolm X qui a dit que c’était une politique parasitaire et une économie parasitaire. Colonialisme… Il vous vide de courage, il nous prive de notre enfance, de notre féminité, de notre virilité, il nous prive de notre humanité. Et l’humanité ne peut pas coexister avec le colonialisme. Il vous vide de courage, il enlève l’humanité des individus. Il produit des clones et des drones.

Jeff: C’est une bonne chose (rire). J’aime ça. Et alors,

La propagande.

Fred: Propagande. La propagande comme tout le reste, c’est politique. L’un des inconvénients est qu’elle n’est pas reconnue comme une guerre menée contre notre communauté. Et dans d’autres endroits où cela est reconnu comme une guerre, vous reconnaissez que nous avons des bombes de propagande. Notre communauté s’appelle « aime les spectacles de hip hop », vous savez ce que je dis? Et cela se fait sans… et ce sont des bombes de propagande. Ce sont des bombes de propagande, les images que nous voyons – nous voyons – je pense en fait, je pense que ce pourrait être en Thaïlande, pas en Chine, peut-être en Thaïlande. Il y avait un exemple d’un jeune enfant qui fumait des cigarettes.

Et tout le monde disait qu’il venait de le faire tout seul, et pour en savoir plus sur les publicités sur le tabac, à quel point cela avait un impact sur les enfants et les familles et à quel point c’était fréquent et affectait les enfants de fumer des cigarettes, à cause de la propagande. Comment nous regardons les films, comment nous nous regardons. La propagande est politique.

Jeff: Et puis dans votre chef-d’œuvre de Ball of Corona, vous avez mentionné les armes biologiques et chimiques, donc la dernière que j’ai sur ma liste est,

Armes biologiques et chimiques.

Fred: Crack, crack cocaïne. Coronavirus, (Jeff rit). Beaucoup de gens pensent que c’est farfelu. Si vous allez dans une école primaire pour faire une expo-sciences, et que vous regardez ce que les enfants sont capables de faire. Vous savez, avec le temps, créer des tempêtes. Vous savez, avec des produits chimiques, vous mettez du bicarbonate de soude avec du vinaigre, différents remèdes maison, des remèdes maison, vous voyez que cela pourrait arriver. L’esprit ne peut même pas comprendre ce que ce système, ce que ce gouvernement est capable de faire avec diverses formes de guerre chimique et biologique. Encore une fois, le crack et le coronavirus sont toutes des formes de guerre chimique et biologique.

Jeff : Écoutez, président Fred, ce fut un moment merveilleux, merveilleux à passer avec vous. Et si j’ai une mauvaise journée et que je me sens un peu déprimé, je penserai simplement à toi et à ton père et à ta mère et à tous les milliers d’autres personnes qui se battent pour la liberté, détermination et au service du peuple dans un esprit révolutionnaire. Vous êtes, vous et votre mère et votre père êtes des héros. Mes héros. Et je pense qu’après beaucoup de nouvelles personnes qui ne vous connaissaient pas beaucoup, ou ne savaient rien de vous, plus probablement, je pense que vous allez tous avoir de nouveaux admirateurs de votre travail héroïque que vous faites tous, parce que c’est juste, c’est juste ahurissant. Merci beaucoup d’avoir participé à l’émission. J’apprécie vraiment cela.

Fred : Merci. Merci aussi. De plus, il y a un site Web que nous mettons en place, qui est www.freeemall.org . Ouais, www.freeemall.org.

Jeff : Ouais, ouais, ouais. Ouais. Je vais ajouter cela à la liste.

Eh bien, c’est la dernière, c’est la dernière ligne de votre poème, JUS ’CURIOUS !?

Fred : SEULEMENT CURIEUX !? Ouais.

Jeff : Vous terminez avec, LIBEREZ-LES TOUS !

Fred : Oui. C’est vrai, LIBEREZ-LES TOUS ! Oui, en effet, LIBEREZ-LES TOUS ! (Jeff rit).

Jeff : Très bien camarade Fred, merci beaucoup. Vous avez été très généreux avec votre temps, car je sais que vous et votre mère êtes des bourreaux de travail. Et bonne chance avec le film. Bonne chance avec le POCC. S’il y a quelque chose que je peux faire pour vous aider, pour ce qui est de faire passer le mot, faites-le moi savoir et je serai là pour vous.

Fred : Merci. Merci et j’ai hâte de revenir à tout moment. Et je vous donnerai ces paroles et cette chanson Ball of Corona dès que possible.

Jeff : Ouais, s’il te plait fais ça. C’était une super chanson. Et je serai le premier à l’acheter (rires).

Fred : Tout à fait, tout à fait. Je vous répondrai dès que possible. À droite, à droite, révolutionnaire pré???

Jeff : Très bien, c’est Jeff J. Brown, de China Rising Radio Sinoland, qui se déconnecte avec le président Fred Hampton, Jr. Et restons en contact et voyons comment nous pouvons nous entraider.

Fred : Oui, certainement.

Jeff : D’accord. Je vous remercie. Bien…

Fred : Pouvoir au peuple.

Jeff : Pouvoir au peuple dans la solidarité et l’esprit révolutionnaire. Vous m’avez vraiment donné un coup de pouce. Bien. Je vous ferai savoir quand cela sera fait et vous pourrez le publier sur vos sites Web et je vais essayer de le faire transcrire aussi, donc c’est par écrit.

Fred : Oh, beau, beau, beau.

Jeff : D’accord ?

Fred : Respect révolutionnaire.

Jeff : D’accord. Bye Bye. Merci camarade. Bye Bye.

 

Coordonnées du président Fred :

Faites un don pour sauver la maison d’enfance de Fred Hampton père : https://www.gofundme.com/f/SaveTheHamptonHouse50/

Sites Web: http://www.freeemall.org/  et http://chairmanfredjr.blogspot.com/  et http://www.timeforanawakening.com

Achetez sa musique ici : https://www.amazon.com/s?k=fred+hampton+jr

Station de musique : https://www.blogtalkradio.com/str8uptalk

Chaîne YouTube : https://www.youtube.com/channel/UC2mY3VMe0XneHKxdetuB5_Q

Interviews et médias sur YouTube : https://www.youtube.com/results?search_query=fred+hampton+jr

Facebook: https://www.facebook.com/profile.php?id=100037668591569

LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/chairman-fred-hampton-jr-62525a10/

Twitter: https://twitter.com/ChairmanFredJr1

Instagram: https://www.instagram.com/explore/tags/fredhamptonjr/

Courriel : chairmanfredjr@gmail.com

Tél : + 1-708-462-2098

 

Mots clés pour de nouvelles recherches (de l’entretien « Tupac-FBI » avec John Potash) :

1%, 2015, 99%, Afeni Shakur, AFT, Assassinats, Assata Shakur, Atlanta Child Murders, Big Business, Biggie Smalls, Black Activists, Black Lives Matter, Black Ops, Black Panthers, Blackmail, Bobby Seale, Corruption, Bunchy Carter , Chicago, CIA, CIA as Organized Crime, CIA / FBI Fronted Companies, Cocaine, COINTELPRO, Congo, Conspiracies, Courts, Crimes, Cuba, Cynthia McKinney, Danny Glover, Democracy, Douglas Valentine, Eddie Conway, Eldridge Cleaver, Elites, Piégeage , Nettoyage ethnique, Eugénisme, Euphénasie, Extermination, Extorsion, Fausses preuves, Fake News, Fascisme, FBI, Lettres contrefaites, Fred Hampton, Fred Hampton Jr., Génocide, Geronimo Pratt, Harry Belafonte, Héroïne, Huey Newton, Emprisonnement illégal, Infragard , Totalitarisme inversé, IRS, Israël, John Potash, Jon Huggings, Kangaroo Court, Kathleen Cleaver, KKK, Lauren Kabila, Police locale, Los Angeles, Mafia, Malcolm X, Martin Luther King, Media, Mumia Abu-Jamal, Murder, Mutulu Shakur, Amérindiens, New Afrikan Panthers, New Afrikan People’s Organization, Nipsey Russell, Oligarques, Palestine, Patrice Lumumba, Planted Evidence, Planted Evidence; Procès truqués, État policier, Pauvres / Minorités, Liberté de la presse, Gardiens de prison, Prisoners of Conscience Committee, Psyops, Racisme, Randy Stretch Walker, République de Nouvelle-Afrika, Mouvement d’action révolutionnaire, Procès truqués, Sanyika Shakur, Sekou Odinga, Sheldon Wolin, The Move, Totalitarisme, Tupac Shakur, Wes Swearingen, White Supremists, William Pepper, Yasmyn Fula

###

Become a regular China Rising Radio Sinoland patron and get FREE BOOKS!

Support all my hard work, videos, podcasts and interviews on CRRS via PayPal!

Support my many hours of research and articles on CRRS via FundRazr!

Become a China Tech News Flash! patron and see your future now!

It all goes towards the same win-win goals: unique research, reporting and truth telling in support of the global 99%, for a more just and mutually beneficial 21st century.

In Solidarity, Jeff

 

Why and How China works: With a Mirror to Our Own History


ABOUT JEFF BROWN

jeffBusyatDesktop

JEFF J. BROWN, Editor, China Rising, and Senior Editor & China Correspondent, Dispatch from Beijing, The Greanville Post

Jeff J. Brown is a geopolitical analyst, journalist, lecturer and the author of The China Trilogy. It consists of 44 Days Backpacking in China – The Middle Kingdom in the 21st Century, with the United States, Europe and the Fate of the World in Its Looking Glass (2013); Punto Press released China Rising – Capitalist Roads, Socialist Destinations (2016); and BIG Red Book on China (2020). As well, he published a textbook, Doctor WriteRead’s Treasure Trove to Great English (2015). Jeff is a Senior Editor & China Correspondent for The Greanville Post, where he keeps a column, Dispatch from Beijing and is a Global Opinion Leader at 21st Century. He also writes a column for The Saker, called the Moscow-Beijing Express. Jeff writes, interviews and podcasts on his own program, China Rising Radio Sinoland, which is also available on YouTubeStitcher Radio, iTunes, Ivoox and RUvid. Guests have included Ramsey Clark, James Bradley, Moti Nissani, Godfree Roberts, Hiroyuki Hamada, The Saker and many others. [/su_spoiler]

Jeff can be reached at China Rising, jeff@brownlanglois.com, Facebook, Twitter, Wechat (Jeff_Brown-44_Days) and Whatsapp: +86-13823544196.

Read it in your language • Lealo en su idioma • Lisez-le dans votre langue • Lies es in deniner Sprache • Прочитайте это на вашем языке • 用你的语言阅读

 

Wechat group: search the phone number +8613823544196 or my ID, Jeff_Brown-44_Days, friend request and ask Jeff to join the China Rising Radio Sinoland Wechat group. He will add you as a member, so you can join in the ongoing discussion.

Print Friendly, PDF & Email
The buck stops with YOU. If you don't share this, who will?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •